Verdon-sur-Mer est la commune la plus septentrionale des Landes de Gascogne, à l’extrémité nord du Médoc et de la pointe de Grave. Elle fait face aux côtes charentaises et à la ville de Royan, distante de 9,5 km, à laquelle on accède par un bac. Proche de Soulac sur Mer, dont elle est distante de 5,8 km, elle est en outre à 12,7 km de Saint Vivien de Médoc, 28,2 km de Lesparre Médoc et 86,8 km de Bordeaux, la préfecture départementale et régionale.

 

Le col de la Pierre Saint-Martin présente une multitude de versants.

Le versant nord, au départ d’Arette (D132) : après 7 km de faible pente, celle-ci devient plus irrégulière et plus violente dès la sortie de La Mouline. La pente atteint parfois les 16 % avant de se relâcher seulement sur le plateau de Chousse. Cependant, le répit est de courte durée : la route s’enfonce à nouveau dans le bois pour 6 km à près de 10 %, jusqu’au col de Labays (1 351 m). Une courte descente amorce ensuite une partie plus irrégulière jusqu’au col de Soudet (1 540 m). Ce sont ensuite 3 derniers kilomètres, très irréguliers mais dont la pente est parfois très forte, qui permettent de rejoindre le sommet. À partir de La Mouline, l’ascension compte près de 19 km pour environs 1 300 mètres de dénivellation.

Le versant sud, au départ d’Isaba (NA1370), est d’abord un long faux-plat de plus de 12 km. Une rampe (d’abord forestière, puis à découvert aux environs de l’hôtel) de 7 km se dresse ensuite, présentant une pente approchant souvent les 8 %. La partie qui conduit jusqu’au Portillo de Eraice (1 578 m) présente peu de difficultés pendant 4 km. 3 km à près de 6 % permettent ensuite de rejoindre le col.

Le versant ouest traverse le village de Sainte-Engrâce : c’est une ascension de plus de 24 km (pour 1 400 m de dénivellation), à partir de la vallée du Saison. La pente est raisonnable jusqu’à l’église de Sainte-Engrâce (ne dépassant jamais les 6 %), pendant 11 km. Elle se cabre ensuite brutalement (nombreux passages dépassant les 12 %) jusqu’au col de Suscousse (1 216 m) pendant plus de 6 km. Il faut ensuite rejoindre le col de Soudet (1 540 m) par des pentes toujours aussi fortes, avant de rejoindre le versant nord pour les trois derniers kilomètres.

Le versant nord-ouest, au départ de Barlanes (D632, D113, D132) présente 20 km d’ascension cumulés pour près de 1 600 m de dénivellation. La pente est d’emblée très forte pour rejoindre la station nordique d’Issarbe et le col qui la surmonte (1 450 m), soit 13 km, avec un pied présentant des passages à 15 % et une pente ne descendant que très rarement sous les 8 %. Une courte descente de 5 km permet ensuite de rejoindre le col de Suscousse (1 216 m) où la montée devient commune avec la voie en provenance de Sainte-Engrâce. Il reste dès lors plus de 7 km d’ascension, sur des pentes souvent très fortes, pour rejoindre le col de la Pierre Saint-Martin.

Le col de la Pierre Saint-Martin est également accessible depuis Lourdios-Ichère (D341, D441), mais aussi depuis la vallée d’Aspe, par le col de Bouezou (D441) ou par le col d’Hourataté (D442, D441). Ces trois voies rejoignent le col de Labays (1 351 m), et par conséquent la voie venant d’Arette.

S’inscrire